Bio

Guillaume Chiron est collagiste. Il travaille autour d’un fond iconographique constitué à partir d’ouvrages et de périodiques parus entre les années 1930 et 1980. Dans la manipulation d’images datées, notamment sous l’influence des truqueurs du cinéma des années 1950 et 1960, tel Ray Harryhausen, il propose un regard rieur sur la société contemporaine et révèle bien des aspects de nos vies marquées par le désir de modernité.

Depuis 2016, il multiplie les rencontres et les expériences, notamment dans le cadre d’invitations sur des expositions personnelles ou collectives et toujours à échelle nationale. Son activité s’est vue renforcée par la parution de trois livres, la publication d’un site internet et de nombreuses collaborations et créations visuelles avec des musiciens ou des projets culturels.

Le collage est au cœur de sa démarche artistique. En ajoutant la couleur à ses collages, celle de grands aplats ou de coulures de peinture, Guillaume Chiron trouve une signature et construit une des singularités de son œuvre, démarche qui pourrait faire écho à celle de John Baldessari et ses points colorés. Et si l’essentiel de sa production est à l’échelle des formats d’édition du livre et de la revue, il sait aussi s’affranchir de ces limites pour s’offrir la liberté d’autres médiums. 

Il transpose quelques-uns de ses collages en tapisseries. Il expérimente des dispositifs mêlant installations sonores, ready-mades et projections. Son travail d’installation peut flirter avec l’univers de Christian Marclay, ou rappeler quelques-uns des processus chers à Roman Signer. Il réalise aussi des dispositifs couplant sculpture, grands collages et wall painting pour construire une scénographie renouvelée de ses œuvres. 

La sortie du cadre semble s’imposer dans la démarche de Guillaume Chiron. Elle vient appuyer le discours d’un artiste attaché à la mise en scène, tout comme à la narration qui occupe une place essentielle dans l’ensemble de ses propositions.

%d blogueurs aiment cette page :