Bio

Guillaume Chiron est un artiste pluridisciplinaire français né en 1977. Il se passionne très vite pour le dessin, la peinture, publie des fanzines et organise des concerts. 

Diplômé de l’EESI, l’école d’art de Poitiers en 2002, il réalise ses premières expositions à la galerie du Triangle à Bordeaux ou à l’Ircam à Paris, et travaille auprès de Bruno Peinado lors du montage de l’exposition Escape (1999, Le Confort Moderne).

Il enseigne un temps les Arts Plastiques avant de rejoindre l’équipe du Confort Moderne à Poitiers, en 2003, aujourd’hui Centre d’Art et Scène de Musiques Actuelles. Il y devient curateur Éducation et Recherche, imagine et met en œuvre des projets qui participent au rayonnement artistique et culturel du lieu, tant à l’échelle locale qu’internationale. Il développe notamment Rencontre du 3ème type, un programme de création artistique contemporaine particulièrement remarqué, comme le projet «La Caravane-Piscine», réalisé avec le plasticien Benedetto Bufalino.

Il travaille avec quantité d’artistes émergents, notamment Ivan Argote, Pauline Bastard, Davide Balula, Julien Berthier, Baptiste Brunello, Stéphanie Cherpin, Vincent Ganivet, Louis Gary, Laurent Le Deunff, Le Gentil Garçon, Moolinex, Jeanne Moynot ou encore Julien Paci.

En parallèle et jusqu’en 2014, il officie dans différents groupes de rock, plus particulièrement Microfilm (guitare) dont il forge l’essentiel de l’identité visuelle et sonore. Les voix sont des dialogues qu’il collecte dans des films des années 1950 à 1970 et les concerts font l’objet de projections de séquences de films qu’il a repeint image par image ou mises en relief. Il signe aussi les pochettes de disque du groupe, dont le dernier est un collage.

S’ensuit une production importante de collages qu’il compile dans trois ouvrages en auto-édition : Mangez la banane, parlez debout ! (2015), Apprendre avec des pincettes (2017) et Oups ! (2019). 

A partir de 2016, il expose aussi son travail à Maison Vide à Crugny (51), à Superette à Paris, au festival MAP à Toulouse, à la Galerie Grand’Rue et à la Fanzinothèque à Poitiers, au Château de Bressuire (79) et à La Vallée à Bruxelles. Il investit alors les lieux en présentant un ensemble de collages originaux mais aussi des sérigraphies, des tapisseries et diverses installations. 

Ces dernières années, il crée par ailleurs les univers visuels de divers musiciens, notamment Malik Djoudi, Forever Pavot, Ricky Hollywood, Fiction, Robot Orchestra, Kids are dead et Mondial Toboggan.